Posted in Portraits

Portrait de Sarah Sakji

Portrait de Sarah Sakji Posted on mai 5, 20201 Comment

Sarah Sakji a toujours vécu avec des artistes. Son entourage la considérait plutôt comme quelqu’un qui aurait dû faire les Beaux-arts, mais elle n’y a fait qu’un court passage.

Elle a également, en 2014, commencé à pratiquer le tatouage, toujours attirée par les multiples formes de l’art, en particulier la dimension artisanale et sacrée de cette dernière.

Elle a toujours été aux antipodes de ce côté élitiste et mondain de l’art contemporain dans sa pratique, et pourtant, elle travaille, depuis 2011, pour plusieurs institutions parisiennes dédiées, notamment pour la galerie Karsten Greve à Paris. Mais aussi pour des salons, art fairs, pour un Musée et une Maison de vente aux enchères.

Sensible à l’exil des artistes et artisans, Sarah Sakji cherche à abattre les frontières.

Elle souhaiterait exploiter les possibilités qu’offrent le monde du digital afin de développer des collaborations entre artistes, designers et artisans, et offrir son soutien à la création et à ces héros méconnus, pour la plupart…

Sarah Sakji oeuvre depuis quelques années au sein du marché de l’art, tout en développant parallèlement sa pratique du dessin et de la peinture.

C’est dans ce contexte qu’intervient Sarah Sakji, artiste, assistante de galerie, experte en œuvres d’art graphiques et tatoueuse. Ainsi, Sarah nous partagera une partie de ses savoirs, théoriques et pratiques, afin de nous initier au marché de l’art, à la politique en galerie et à la précarité des artistes.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *